laptop-tablett hybrid recensioner http://sverigepiller.com/ Palm beach gardens vårdcentral
LA SEULE ENTREPRISE QUI UTILISE DE L’OR PUR ET DES PIERRES PRÉCIEUSES AUTHENTIQUES DANS SES FAC-SIMILÉS DES PLUS BEAUX MANUSCRITS DU MONDE
Série Or

Bible de saint Paul

Bible de saint Paul

Caractéristiques

Lieu de conservation actuel:

© Basilique Saint Paul-hors-les-Murs, Rome. IXe siècle. 870 env.

Écriture:

Latin.

Illustrations:

24 miniatures de titres, 4 tables de concordance, 35 pages décoratives, 91 lettrines.

Extension:

672 pages de parchemin.

Dimensions:

44,8 x 34,5 cm.

Partager :

facebook_sharer twitter_share mail_share

La Bible carolingienne la plus luxueuse et la plus illustrée

La Bible qui officiait le couronnement des papes

• En 1646, ce manuscrit de la Bible datant de la fin de l’époque carolingienne fut restauré à l’abbaye de saint Paul à Rome et de nouveau relié, comme il l’avait été auparavant. La représentation d’un souverain sur un trône que l’on voit au début du livre (fol. 1r) se trouvait à l’origine à la fin. L’image et les vers qui l’accompagnent font référence à un certain roi Charles. La question de savoir s’il s’agissait de Charles III ou Charles le Chauve, a longtemps fait l’objet d’un débat, mais les chercheurs se sont mis d’accord sur le fait qu’il s’agissait de Charles le Chauve.

• Le poème de dédicace exprimant le désir d’obtenir un héritier légitime a été associé à Richilde, la seconde épouse du roi, représentée assise sur le trône, à droite du souverain. Malheureusement, le monogramme du globe que le roi tient dans ses mains ne peut être parfaitement déchiffré. Cependant, si l’on tient compte de la probable origine de l’œuvre telle qu’elle a été reconstruite par les chercheurs, la Bible pourrait dater d’après le mariage de Charles le Chauve en 870 et avant son couronnement comme empereur en 875. Cette datation est également cohérente du point de vue du style.

• La somptuosité de la décoration de cette formidable Bible, qui contient les textes de l’Ancien et du Nouveau Testament, surpasse celle de toutes les autres bibles de l’époque carolingienne aujourd’hui conservées.

• Elle contient 35 pages d’incipit décorées, qui introduisent les sections du manuscrit. Les débuts des chapitres de la Genèse, tout comme les noms des ancêtres de Jésus Christ, sont écrits à l’or et à l’argent sur du pourpre, sur deux colonnes entourées d’acanthes ; quatre tables de concordance dont les arcades sont abondamment décorées ; de nombreuses lettrines tout au long du texte et, surtout, 24 miniatures à pleine page (à l’origine il y en avait une de plus dans le livre de Job, ses tracés sont encore visibles) constituent le cycle le plus étendu de toutes les bibles carolingiennes enluminées qui nous soient parvenues.

• En plus de l’image de dédicace déjà mentionnée, l’observateur peut contempler la représentation de saint Jérôme, 14 illustrations de livres de l’Ancien Testament, une image du Christ en Gloire et les figures des quatre évangélistes, ainsi qu’une illustration de l’histoire des apôtres, des épîtres de saint Paul et de l’Apocalypse. Il ne fait aucun doute que plusieurs scribes participèrent à l’écriture des textes. Ignobert, mentionné dans le poème de dédicace, est généralement considéré comme étant le principal maître, sa main est reconnaissable dans d’autres livres de l’époque et de la région.

• Le style des miniatures évoque les ressources, habituelles sous les auspices de Charles le Chauve, de la production de livres de son ancêtre Charlemagne à Aix-la-Chapelle. Au-delà de cette tendance, il y a également des ressemblances avec les imposantes et somptueuses bibles créées peu de temps avant à Tours, comme la Bible de Vivien, également commandée par Charles le Chauve, en plus des ressemblances avec la Bible de Moutier-Grandval, terminée vers 840 et aujourd’hui conservée à la British Library de Londres. De plus, dans l’élaboration des figures et dans la décoration, l'on détecte dans la Bible de saint Paul l’influence des courants artistiques alors en vogue à Reims, eux-mêmes inspirés de motifs de l’Antiquité tardive. Le type d’écriture, malgré quelques variations de qualité, renvoie au scriptorium de l’archevêque Hincmar de Reims (845-882). Toutes ces influences s’unissent et donnent à ce manuscrit, avec tout son luxe apparent, un aspect typique de la fin de l’époque carolingienne et de la production de manuscrits de l’école palatine de Charles le Chauve.

• Mécène : roi et futur empereur Charles le Chauve (règne 840-877)

• Anciens propriétaires : le manuscrit arriva à Rome probablement en 875. Charles le Chauve l’aurait offert au pape Jean VIII à l’occasion de son couronnement comme empereur. Des documents attestent que le livre se trouvait à Rome au XIe siècle. Sous Grégoire VII (pape de 1073 à 1085) il passa à l’abbaye de Saint Paul-hors-les-Murs.

• L’édition est limitée à 1 000 exemplaires, parmi lesquels figure une série spéciale de 75 exemplaires réalisés sur papier pergamenata, sur commande de Patrimonio Ediciones.

• Le Gruppo Istituto Poligrafico e Zecca dello Stato -Fabrique nationale de la monnaie de la République italienne- conserva temporairement le manuscrit original dans ses ateliers de pré impression et impression, du début à la fin de son édition. Cette information qui figure sur l’acte notarié est garante de l’exceptionnelle qualité et fidélité du fac-similé par rapport au manuscrit original.

Avis des clients et experts