laptop-tablett hybrid recensioner http://sverigepiller.com/ Palm beach gardens vårdcentral
LA SEULE ENTREPRISE QUI UTILISE DE L’OR PUR ET DES PIERRES PRÉCIEUSES AUTHENTIQUES DANS SES FAC-SIMILÉS DES PLUS BEAUX MANUSCRITS DU MONDE
Série Or

Heures de Jeanne I de Castille et de Philippe le Beau

Heures de Jeanne I de Castille et de Philippe le Beau

Caractéristiques

Lieu de conservation actuel:

© The British Library, Londres. Add. Ms. 18852

Écriture:

Latin. XVe siècle, ca. 1496 env. Bruges ou Gand.

Illustrations:

844 miniatures enluminées à l’or : 83 pleine page, 767 drôleries ou grotesques, en plus de 767 magnifiques dessins d’oiseaux, fleurs et insectes.

Extension:

850 pages d’un vélin raffiné

Dimensions:

13 x 9 cm

Partager :

facebook_sharer twitter_share mail_share

Chef d’œuvre illustré par Rogier van der Weyden, le Maître du Bréviaire Grimani et Simon Marmion, le «prince des enlumineurs»

· Ce manuscrit luxueux, doué d’une extraordinaire somptuosité, illustré par Rogier van der Weyden, le Maître des Scènes de David du Bréviaire Grimani et Simon Marmion, connu comme le « prince des enlumineurs » par ses contemporains, n’est pas seulement singulier du fait d’être une de ses rares commandes royales, mais aussi parce que ses textes et ses images sont des plus personnalisés d’entre tous les premiers manuscrits de l’époque. Aussi bien Rogier van der Weyden que Simon Marmion, peintres et miniaturistes, ont plusieurs de ses chefs-d'oeuvre exposés dans les plus prestigieux musées du monde entier, tels que le Metropolitan Museum of Art de New York, la National Gallery de Londres, le Louvre de Paris ou le Museo Nacional del Prado de Madrid.

Simon Marmion se fait remarquer par sa capacité pour l’observation de la nature et son intuition pour saisir le charme du quotidien. Son œuvre fit le plaisir des empereurs, des princes et des ducs. En bref, le génie de la capacité créative de Marnion, aussi dans la peinture sur tableau que pour les miniatures, unifie en merveilleuse harmonie les traditions françaises du maître Jean Fouquet et les représentations humaines du Néerlandais Rogier van der Weyden et le lyrisme naturaliste de Jan van Eyck.

· Jeanne I de Castille commanda ce manuscrit lors de son mariage. Jeanne I était la fille des rois Isabelle de Castille et Ferdinand d’Aragon, mère de deux empereurs et de quatre reines, épouse de Philippe le Beau, fils du Saint Empereur romain Maximilien d’Autriche et de Marie de Bourgogne.

· Le manuscrit comprend certains textes que l’on retrouve rarement dans les livres d’heures, y compris une série complète de textes de catéchisme que l’on pourrait avoir cru comme étant appropriés pour une jeune épouse ; un office de l’Ange Tutélaire extrêmement inusuel, accompagné d’un portrait de Jeanne, trois séries élaborées de textes et enluminures sur la Passion du Christ et une prière inhabituelle à la Sainte Vierge, accompagnée d’un deuxième portrait de l’archiduchesse.

· Ce facsimilé reproduit fidèlement la reliure originale en velours de soie naturelle cramoisie sur tableau, avec les ferrures en cuivre plaqué or pur 24 carats.

· Le seul livre d’heures de Jeanne I de Castille

Nous avons là le seul livre d’heures dont on a la certitude qu’il appartint à Jeanne I de Castille, trois aspects l’attesteraient : L’exhibition, au fol. 26, des armoiries en vigueur depuis le mariage fêté en 1496, surmontées d’une couronne pour la reine de Castille et, sous le béret de l’Archiduc, les armoiries de Philippe le Beau de la Maison des Habsbourg, comprenant l’écartelé de gueules, à la fasce d’argent d’Autriche et les couleurs bourguignonnes et, sur le tout, écusson d'or, au lion rampant de Flandres. Les initiales P et I, appartenant à Philippe et Jeanne, sont reliées avec un ruban d’amour. Deux devises posent une question et en offrent la réponse : pour deux fois on demande : QUI VOULDRA, et il y a une seule réponse : IE LE VEUS. En ce qui concerne la fidélité du portrait de la femme qui prie, nous en reconnaissons les traits grâce à plusieurs portraits des peintres flamands des environs de 1500 ainsi que grâce à l’image embellie sur le tombeau de son beau-père, l’empereur Maximilien, à la Hofkirche d’Innsbruck. L’identité de Jeanne aux Très Riches Heures s’appuie non seulement sur le fait de sa présentation par son ange tutélaire, mais aussi par Jean le Baptiste, élu son saint patron lors de son baptême. En troisième lieu, une notation dans l’inventaire des biens de Jeanne, rédigé en 1545, fait preuve que le manuscrit lui appartient, y étant décrit comme suit :

otro libro chiquito de paramino de mano mediano de muchas ystorias e iluminaciones, la primera ystoria es de como pecaron adan y heba y fueron hechados de paraíso comiença especulum conciencia e tiene las coberturas de terciopelo carmesí...

· Qu’est-ce qui fait que, parmi une collection de plus de cent cinquante millions d’ouvrages, le livre des Heures de Jeanne I et Philippe le Beau (Add. Ms. 18852) reste un des principaux trésors de la British Library ?

Presqu’immédiatement après avoir été acheté par la Bibliothèque du British Museum en 1853, l’historien de l’art allemand Gustav Friedrich Waagen (1794–1868) mit en valeur le manuscrit. Il le décrit dans son étude concernant les trésors artistiques de la Grande Bretagne comme étant : un des exemples le plus délicat et élégant de l’école de Van Eyck. Dès lors, le livre fut  à plusieurs reprises montré aux galléries publiques du British Museum et, après, de la British Library, et mentionné dans les principaux études des manuscrits enluminés du Sud des Pays Bas. Plusieurs spécialistes ont mis l’accent sur les aspects touchant l’imaginative illustration de cet ouvrage, y compris le singulier commencement par le Speculum Conscientiae (fol. 15), les copies de l’icône byzantine de la Vierge Hodegetria (fol. 176 v), ainsi que de la Vierge avec l’Enfant (fol. 287v) de Rogier Van der Weyden.

En outre, le Livre des Heures de Jeanne I de Castille et Philippe le Beau (Add. 18852) est reconnu comme une partie importante du patrimoine culturel espagnol. Après tout, il s’agit du seul missel manuscrit que l’on garde d’une des princesses les plus chères aux espagnols. Ce codex reste le seul qui peut être mis en rapport avec elle sans aucun doute. En fait, cette relation est évidente non seulement par avoir fait paraître de façon visible les armoiries de Jeanne et de son époux Philippe le Beau (fol. 26), mais aussi par la correspondance évidente avec une notation dans l’inventaire des biens de Jeanne, rédigé en 1545

Dr. Scot McKendrick. Conservateur Général du département des Manuscrits Occidentaux. The British Library.

· Y aurait-il d’autres livres crées pour Jeanne I de Castille?

Thomas Kren, le conservateur de la J.P. Getty, proposait déjà en 1983 l’hypothèse de la reine possédant un autre Livre des Heures, l’Add. Ms. 35313 de la British Library de Londres. Il hésitait déjà à l’époque s’il ne devait pas l’associer à Jean d’Autriche; Cependant, la miniature des Veilles des défunts, démontre sans doute que son destinataire était une femme. Cette rare miniature est une copie augmentée du Livre des Heures de Marie de Bourgogne (conservé à Berlin). Le codex de Marie Bourgogne ayant passé à sa fille Marguerite d’Autriche, Kren proposa dans le catalogue de l’exposition de 2003 que la duchesse aurait pu commander le nouveau manuscrit pour elle-même ou, peut-être, pour Jeanne I de Castille. Sur de telle vague hypothèse il osa, lors de l’édition facsimilée deux années après de l’Add Ms. 35313, présenter l’ouvrage comme le Livre des Heures de Jeanne I de Castille, sans en raconter même pas l’origine. Cependant, lorsqu’il eut besoin de reproduire une image de la reine, il fut obligé de se remettre à une miniature appartenant à notre Livre d’Heures de Jeanne I de Castille et de Philippe le Beau, Add. Ms. 18852, celle du fol. 288 (Voir C. Miranda García-Tejedor 2005, p.25).

E. König, Prof. Spécialiste des manuscrits enluminés. Freie universität Berlin.

· Edition unique et limitée à 500 exemplaires numérotés et accompagnés d’un acte notarié pour la Série Or. L’analyse chimique de la lame d’or de 22,25 carats est certifiée par un notaire.

· Patrimonio Ediciones est l’unique entreprise au monde à utiliser de l’or fin et des pierres précieuses authentiques et, de ce fait, la seule à l’attester par acte notarié après analyse dans un laboratoire de gemmologie.

· Le volume de l’étude a été rédigé par le célèbre Prof. Eberhard König. Introducción du Dr. Scott McKendrick, conservateur général du département des Manuscrits Occidentaux The British Library.

Avis des clients et experts

Roberto Bini. Il Bulino.

We received the parcel and checked the books. Wonderful editions! Thank you

José Vicente C.

Apreciados directora y editor de Patrimonio Ediciones, Les felicito por la elección y sobre todo por la magnífica reproducción del códice "Las Muy Ricas Horas de Juana I de Castilla". Una vez más, han elevado el listón en el difícil arte de la edición facsimilar, y además, han superado con mucho mis expectativas sobre este manuscrito. Pasaré muchas horas disfrutando su contemplación. Ruego haga extensiva mi felicitación a su equipo de trabajo y colaboradores, por su profesionalidad y saber hacer. Atentamente

D. Óscar Sáenz de Santa María Gómez-Mampaso DIRECTOR GENERAL de Industrias Culturales y del Libro

Me es grato comunicarle que el Jurado del Concurso Nacional para la concesión del Premio 2017 a los Libros Mejor Editados en 2016, reunido el pasado día 5 de julio, falló otorgar el Primer Premio en la modalidad de Libros Facsímiles, a la obra "Las muy ricas hoas de Juana I de Castilla", iluminado por Rogier van der Weyden, presentada por su editorial. Reciba mi más cordial enhorabuena,